Sept pierres pour la femme adultère

Ce petit roman est une belle découverte. Trois destins y sont racontés. Trois femmes qui deviendront amies, s’entraideront et se soutiendront malgré leurs origines et aspirations différentes. Il y a la Française : abandonnée par son amant et son chat qui suit une mission humanitaire dans un pays du Sud, « Khouf », sorti tout droit de l’imagination de Vénus Khoury-Ghata; Noor : mère de trois enfants quittée par son mari et violée par un étranger; et Amina : une vieille fille qui lit le destin des villageois dans le marc de café.

On découvre des traditions dépassées, des propos archaïques, des actes insensés, une image de la femme pitoyable. Il est question de lapidation, de tuer une femme enceinte, du déchirement entre survie et respect des lois religieuses qui ont toujours été. Les femmes présentées ici sont fragiles mais montrent, chacune à leur manière, une force intérieure magnifique.
En tant que lectrice ayant grandi en Europe, il m’a été dur de lire certains passages sans être révoltée… Non, je ne suis pas d’accord, une femme n’existe pas que pour procréer. Non, une femme n’est pas faite pour rester entre quatre murs. Non, une femme ne peut tolérer que l’on abuse d’elle ni que ce soit elle qui en soit punie et non son agresseur. Oui, une femme peut partir, prendre des décisions par elle-même et vivre sa vie comme elle l’entend sans avoir besoin de l’accord de son père, frère ou mari. Personne ne devrait avoir de droits sur une femme sinon elle-même. La féministe qui est en moi s’est quelque peu réveillée au cours de cette lecture, il faut l’avouer…

On ne dirait pas ainsi, au premier abord, mais ce livre m’a tenue en haleine du début à la fin. Je voulais savoir ce qu’il adviendrait de ces trois femmes dont rien ne présageait l’amitié. En plus de l’attachement pour les personnages, j’ai beaucoup aimé l’écriture de Vénus Khoury-Ghata. Fluide et concise, elle surprend avec l’utilisation du « tu » au lieu des perpétuels « je » ou « il/elle ». Un autre détail original qui m’aura convaincue. C’est dit, ce roman est le premier de cette autrice, mais pas le dernier !

 

Challenge Autour du monde, elles écrivent – Un été en Afrique et au Moyen-Orient : écrivaines d’Afrique jusqu’à la Péninsule arabique

Challenge Tour du monde littéraire : Liban
Vénus Khoury-Ghata est d’origine libanaise

Mini Bingo – Spécial Voyage : catégorie Joker

Sept pierres pour la femme adultère
Vénus Khoury-Ghata (1937)
Folio 2009 – 236 pages
Première publication en 2007
ISBN : 978-2-07-035691-7

Publicités

2 réflexions sur “Sept pierres pour la femme adultère

A vous la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.